Sélectionner une page

Vous souhaitez devenir végétarien, mais vous aimez encore la viande ? Vous vous sentez prêt à tenter l’aventure du végétarisme, mais vous ne savez pas comment vous y prendre. Je vous propose 4 astuces pour modifier votre alimentation progressivement. Vous allez découvrir qu’être végétarien est à la portée de tous. C’est un vrai changement de diététique. Il est difficile sur le long terme de remplacer la viande par un substitut végétal qui lui ressemble. Il est alors essentiel de s’initier à la cuisine végétarienne et à ses propres saveurs. C’est un voyage au cours duquel on apprend avec bonheur et curiosité une cuisine exotique.

1. Devenir végétarien progressivement

Vous trouvez peut-être cette astuce bizarre. Vous avez pris la décision de devenir végétarien, alors pourquoi ne pas y aller franchement ?

Personnellement, j’en ai été incapable. J’avais trop de difficultés avec le regard des autres à l’époque pour assumer complètement mon changement d’alimentation. Je n’avais pas la répartie quand on essayait de me mettre en défaut sur mon choix.

Pourtant, normalement j’ai la langue bien pendue et je sais me défendre, mais là j’ai eu besoin de temps. 

Et si vous commenciez par devenir flexitarien ?

Un flexitarien est une personne qui limite sa consommation de viande sans être exclusivement végétarienne.

C’est la première étape et vous l’êtes peut-être déjà sans le savoir. Vous avez sûrement quelques recettes sans viande ni poisson dans votre répertoire. Faites-en la liste et voyez si vous ne pouvez pas décliner ces recettes en différentes versions.

Les recettes végétariennes que l’on trouve en ligne ou dans des livres nous font parfois peur. Elles contiennent soit des ingrédients que nous n’avons pas dans notre cuisine, soit des ingrédients dont nous n’avons tout simplement jamais entendu parler.

En restant simple au début, nous pouvons cuisiner quelques menus faciles et équilibrés sans produit particulier. Par exemple, une pizza aux légumes et ricotta, une salade avec des toasts au fromage de chèvre ou une tortilla de pommes de terre et légumes. Le choix est vaste avant de passer à des recettes complètement nouvelles.

Être végétarien à la carte

Vous pouvez être flexitarien de différentes manières.

Choisissez quand vous allez manger végétarien :

  • un jour par semaine ;
  • un repas par jour ;
  • le week-end uniquement ;
  • à la maison en réservant la viande et le poisson pour vos sorties au restaurant ou chez des amis. 

L’idée, derrière tout ça, est de trouver ce qui vous convient. Vous devez éviter la culpabilité et garder le plaisir de manger sans vous prendre la tête. Soyez fier des efforts que vous faites pour consommer autrement.

Arrêter les produits animaux un par un

Voilà un moyen qui fonctionne bien, sauf quand on est invité chez des amis ou dans la famille.

Et oui, difficile de justifier que l’on ne consomme plus de volaille quand on est invité pour le poulet du dimanche et que jusque-là on en mangeait volontiers. Je vous avais bien dit que mon problème c’était le regard des autres et leur jugement.😇

La viande rouge est souvent celle qui se digère le moins bien et qui a la moins bonne réputation pour la santé. Alors, pourquoi ne pas essayer de la supprimer en premier de votre assiette ?

2. S’initier aux nouveautés de la cuisine végétarienne

Vous êtes convaincu de vouloir passer à une cuisine entièrement végétarienne. Bravo !

C’est le moment de vous intéresser de plus près aux différents aliments qui la composent. Le végétarisme est une diététique extrêmement complète et équilibrée. Elle est différente de notre culture culinaire habituelle, centrée sur les produits animaux.

Le végétarisme n’est pas un régime alimentaire attaché culturellement à un seul pays. Il est naturellement plus présent dans certains endroits de la planète, où l’accès à la viande est difficile ou réservé aux plus riches. On parle même de plus en plus du végétarisme comme l’alimentation de demain.

Les cuisines du monde font la part belle au végétarisme

  1. En Inde, il existe beaucoup de plats traditionnels végétariens, en particulier dans le sud du pays. Mon préféré, qui s’intègre parfaitement à notre cuisine de tous les jours est le dahl de lentilles. C’est une recette facile à base de lentilles corail (ou autre légumineuse) et d’épices en sauce. Accompagné de pain, chapati ou riz, c’est un délice.
  2. Le Liban propose aussi beaucoup de plats végétariens. Les falafels par exemple sont des boulettes frites à base de pois chiches ou de fèves. Le houmous libanais est aussi un must. Cette purée de pois chiches est très présente dans tout le Moyen-Orient, ainsi qu’en Asie. C’est très facile à faire, on peut aussi l’acheter tout prêt et le déguster à l’apéritif, en accompagnement ou sur du pain au petit déjeuner…
  3. Au Japon, ils ont aussi quelques pépites entre les soupes miso (pâte de soja fermentée) au tofu, ou les légumes tempura, sorte de beignets croustillants et très légers.
  4. J’ajouterais encore le Mexique, grand fan de haricots rouges, dont le chili con carne et très facilement adaptable en chili SIN carne, en remplaçant la viande par des protéines de soja déshydratées.

Découvrir les épices et les sauces

La cuisine végétarienne révèle toutes ses saveurs à travers les épices que l’on va utiliser. N’hésitez pas à en user et en abuser. Testez des épices du monde entier et vous voyagerez à table. Le truc est de les mettre en début de cuisson dans vos recettes afin qu’elles diffusent leurs arômes.

Les sauces sont également à revisiter. Pour rester dans des plats légers et équilibrés, vous pouvez créer des sauces à base de bouillon de légumes, épices et un peu de fécule pour donner du corps et de la consistance. Elles accompagneront toutes vos légumineuses ; protéines de soja texturées, tofu,  etc.

Votre créativité vous permettra des combinaisons infinies. En fait, souvent je suis incapable de faire deux fois le même plat, même quand c’est très bon. J’ai donc décidé de commencer à prendre des notes de mes recettes les plus réussies, que je partagerais avec vous sur le blog.

Des aliments pour se simplifier la vie

Heureusement pour nous, le végétarisme intéresse de plus en plus de monde. Ce qui signifie que les supermarchés y voient un intérêt économique et nous proposent des produits adaptés.

On y trouve facilement :

  • du tofu nature ou assaisonné (basilic, tomate, curry, fumé…) ;
  • des steaks végétariens ;
  • des saucisses végétariennes ;
  • des protéines de soja séchées ;
  • du seitan ;
  • etc.

Tous ces produits ne sont pas forcément top, à vous de voir de quoi ils sont composés, mais ils peuvent nous dépanner quand on manque de temps pour cuisiner. Quand on doit préparer deux repas chauds par jour pour toute la famille, on manque parfois d’un peu de temps et d’imagination pour varier les plats.

3. Se procurer les basiques de la cuisine végétarienne

L’assiette végétarienne équilibrée contient des céréales, des légumineuses ou du soja et des légumes cuits et crus. Le tout arrosé d’un filet d’huile végétale crue ou d’oléagineux. 

Les céréales

C’est la première source de protéines pour les végétariens, il est donc important de ne pas les négliger.

Idéalement, il faudrait les consommer complètes ou semi-complètes.

Le choix est vaste : riz, blé, maïs, orge, avoine, épeautre, millet, sarrasin ou seigle pour rester local.

Inutile de les avoir toutes dans vos armoires, mais c’est un plaisir de pouvoir varier. J’en ai toujours deux ou trois sortes différentes chez moi et j’alterne.

Les légumineuses

On les trouve sous différentes formes, séchées ou fraîches. Elles comprennent les fèves, les pois, le soja, les haricots, les lentilles et les pois chiches.

Quand on en consomme régulièrement, on s’habitue à devoir les faire tremper plusieurs heures avant de les cuisiner. Pour débuter, vous devriez en avoir en boîte déjà cuite au naturel. Cela vous évitera de renoncer à une idée d’un menu à cause du temps de trempage.

Personnellement, je me suis équipée d’une cocotte-minute, ça n’évite pas le temps de trempage, mais ça raccourcit de moitié le temps de cuisson.

Les noix et les graines

Je les ai gardées pour la fin, c’est mon petit plaisir gourmand.

Pour les encas, dans les salades, dans le yaourt du matin ou saupoudrées sur les plats chauds, c’est un délice.

De nouveau, le choix est grand et vous permet de varier les saveurs.

Amande, noix, sésame, lin, courge, tournesol, pavot, à vous de vous laisser tenter et de les goûter petit à petit. Bientôt, vous ne pourrez plus vous en passer.

4. Organiser son premier barbecue veggie

Le barbecue est clairement un must de l’été et pose parfois problème aux végétariens en herbe. Pourtant, il suffit de revisiter les classiques pour trouver des alternatives aux saucisses de veau et aux côtelettes de porc.

 

Les brochettes de légumes

devenir-vegetarien-barbecue

Presque tous les légumes peuvent se consommer sous cette forme, mais si vous voulez éviter de les cuire au préalable, choisissez des légumes qui se consomment aussi bien crus que cuits.

Alternez sur vos brochettes, tomates, champignons de paris, courgettes, poivrons, oignons, etc. Vous pouvez les badigeonner d’huile assaisonnée d’épices avant de les mettre sur le gril. Et le tour est joué !

Les steaks végétariens

Pour les steaks et les saucisses, vous trouverez tout ce qu’il faut au rayon veggie des supermarchés. Mais il est bien sûr possible de faire soi-même ces steaks à base de tofu râpé, légumes râpés et fromage. Ils ne doivent pas être trop humides pour bien tenir sur le gril. 

Les accompagnements

J’aime bien préparer du houmous et du caviar d’aubergines par exemple. Ça se marie très bien avec les légumes et les saucisses. Pour le reste comme pour un barbecue omnivore, on se fait plaisir avec des salades, taboulés et crudités diverses.

 

Voilà quelques astuces pour vous motiver dans votre envie de changer. J’espère que ça vous aidera à passer à l’action. Diminuer votre consommation de viande et de poisson est déjà un grand pas vers le végétarisme. C’est bon pour vous et pour notre planète.

Pour continuer votre démarche, vous pouvez télécharger dès maintenant le guide gratuit complet : « Comment devenir végétarien, même si l’on aime la viande ? »